Le mot du P. Renaud

27 Novembre 2022

Frères et sœurs,

Nous voici entrés dans la période liturgique de l’Avent. Ce temps de préparation à la célébration de la naissance de Jésus est marqué par la symbolique de l’attente et du désir. Cette attente et ce désir  ne sont autres que la venue de Jésus sur notre terre, dans le monde, dans nos cœurs. En lui, Dieu assume notre humanité et nous apporte le salut : il nous relève et nous donne de participer à sa propre vie.

Pour que cette attente et ce désir soient honorés en nous, la liturgie de ce dimanche nous appelle à veiller, et donc à ne pas nous laisser distraire de l’essentiel. Résistons à la tentation de faire de l’Avent un « Black Friday » ininterrompu, une course vers les fêtes de Noël et le réveillon pour entrer dans la nouvelle année. Venons plutôt près de la crèche pour y prier et y accueillir dans le silence du recueillement la paix de Dieu. Au sein de la paroisse, une veillée nous est proposée en ce sens, jeudi prochain 1er décembre, à l’église.

Bon chemin vers Noël.  

 P. Renaud

20 Novembre 2022

Frères et sœurs,

En ce dernier dimanche de l’année liturgique, nous célébrons la solennité du Christ, Roi de l’univers. Dans l’Evangile, il nous est présenté non pas comme un roi puissant qui ferait sentir son pouvoir (cf. Mt 20,25), mais comme le Crucifié condamné à la mort la plus infâme. Sur la Croix, Pilate a néanmoins fait inscrire la mention : « Celui-ci est le roi des Juifs. » Etonnante et paradoxale royauté du Christ dont le trône est la Croix, et qui est couronné d’épines.

Cette solennité est porteuse d’une double invitation pour nous : d’abord en nous tournant résolument vers Jésus pour lui confier à la fois nos existences et notre monde et l’appeler à y régner ; ensuite, en nous laissant conformer à lui dans notre manière de vivre, par notre humilité et notre choix d’aimer par-dessus tout. N’est-ce pas ainsi que nous serons des témoins crédibles de son Royaume ?

P. Renaud

13 Novembre 2022

Frères et sœurs,

« Il nous faut tous admettre que ni l’ordination ni les honneurs ne préservent de commettre des fautes dont certaines peuvent être graves même aux yeux de la justice de l’État, et que tout être humain peut être habité par des forces troubles qu’il ne parvient pas toujours à maîtriser. » Voilà un extrait du discours de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des Evêques de France, en clôture de la dernière assemblée des Evêques à Lourdes. Il intervenait alors que l’actualité récente révélait de douloureux abus commis, il y a de nombreuses années, par des pasteurs de notre Eglise. Face à tout cela, gardons espérance et prenons la part qui nous revient dans ce courageux processus en cours de purification de notre Eglise, l’Eglise du Christ.

Dans la Parole de Dieu de ce dimanche, nous sommes invités à la confiance et à la persévérance devant les crises qui marquent notre monde. Comment ? En ne prenant pas part à diverses spéculations apocalyptiques, mais plutôt en vivant pleinement et dans le calme, chaque jour qui nous est donné, sûrs de la présence du Christ à nos côtés.    

P. Renaud

6 Novembre 2022

Frères et sœurs,

Ces derniers jours, beaucoup se sont rendus dans les cimetières pour visiter les tombes de leurs familles, de leurs proches et prier pour eux, faire mémoire, déposer des fleurs… Ces démarches ont du prix et nous placent devant le mystère de notre destinée humaine marquée par la mort.

Qu’il nous est bon alors d’entendre l’enseignement de Jésus dans l’Evangile de ce dimanche ! Placé face à des Sadducéens qui nient la résurrection des morts, il affirme avec force que « ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts… ne peuvent plus mourir… ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection. » Voici une bonne nouvelle qui ouvre dans nos cœurs une immense espérance car, comme le souligne encore Jésus, Dieu « n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. »

Prenons le temps de méditer ces points essentiels de la foi chrétienne, d’abord pour nous-mêmes mais aussi  pour les partager à ceux qui vont sans espérance. La mort a été vaincue par le Christ, soyons-en les témoins auprès de ceux que nous côtoyons !

 P. Renaud

 

30 Octobre 2022

Frères et sœurs,

Nous voici au seuil de la fête de la Toussaint, ce moment de l’année où nous prions en communion avec tous les saints de nos familles, de nos communautés paroissiales, de nos proches qui nous précèdent dans la lumière de Dieu. Cette fête est celle de l’espérance : elle souligne le fait que la vie terrestre n’est pas le tout de la vie, mais plutôt un chemin qui nous prépare à notre éternité.

N’imaginons pas la sainteté comme une récompense destinée à des âmes d’élite qui, mieux que nous, auraient franchi les obstacles qui mènent près de Dieu et auraient « réussi ». « La sainteté n’est pas un accomplissement de soi ni une plénitude que l’on se donne. Elle est d’abord un vide que l’on accepte et que Dieu vient remplir dans la mesure où l’on s’ouvre à sa plénitude. » (Frère Eloi Leclerc)

Pendant le mois de novembre, nous prierons aussi pour tous les défunts qui cheminent vers la sainteté dans  une étape de purification à laquelle l’Eglise a donné le nom de purgatoire. L’enjeu de ce processus  est de se vider de tout ce qui en nous n’est pas de Dieu pour nous ouvrir à sa plénitude et pour être comblé de sa présence.

P. Renaud

 

NB : En chaque messe, nous prions pour tous les défunts dans la prière eucharistique, mais nous pouvons aussi faire dire des messes pour eux (en s’adressant au secrétariat paroissial). L’honoraire de messe qui est versé est une manière de participer concrètement à l’offrande faite pour la personne défunte, en union avec l’offrande eucharistique.

23 Octobre 2022

Frères et sœurs,

Dans l’Evangile de ce dimanche, l’accent est mis sur l’attitude intérieure à cultiver dans notre relation à Dieu et à nos frères. Et la célèbre parabole du pharisien et du publicain venus prier au Temple nous y aide. Là où le premier se centre sur lui-même dans une attitude d’autojustification de ses actes vertueux et de sa vie toute entière, le second implore la miséricorde divine pour ses péchés. Quant au pharisien, il ne se prive pas de juger le publicain, qu’il côtoye… de loin. Le second expérimente le salut de Dieu, pas le premier.

Nous sommes tous guettés par cette attitude pharisienne, dans nos relations avec Dieu et avec les autres. Comment en sortir ? En prenant conscience que nous sommes tous de la même pâte humaine, marqués par le péché, plus encore appelés à accueillir le salut gratuit de Dieu en Jésus et à vivre entre nous la fraternité.

Notre paroisse peut être un lieu privilégié en ce sens. Dans les diverses activités vécues en son sein, puisées à la source dans la fidélité à l’Eucharistie et à la prière, nous sommes invités par le Seigneur à bâtir en Lui « la paroisse dont nous rêvons », plus encore celle qui plait à Dieu. Cela passe par notre don et notre engagement concret à tous, aussi petit soit-il ! « Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même. » (Ste Thérèse de l’EJ)

P. Renaud

16 Octobre 2022

Frères et sœurs,

« Prier sans se décourager », tel est le cœur du vigoureux message de l’Evangile de ce dimanche, et c’est bienfaisant pour nous de le réentendre. Notre vie chrétienne se vit dans la persévérance et dans la foi, pas dans l’évidence ou l’éphémère. Nous aurons toujours à surmonter les apparents silences de Dieu devant nos soucis personnels ou ceux du monde, qu’il s’agisse de la tragique guerre en Ukraine ou du malaise social et économique sur fond de crise énergétique et de pénurie des carburants.

Lundi et mardi dernier, les prêtres du diocèse de Lyon se sont rendus en pèlerinage avec leur archevêque à Notre-Dame du Puy. Nous avons vécu de beaux moments de partage fraternel et de prière, et j’ai été heureux de confier à la Vierge-Marie – en ce lieu d’où partent de nombreux pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle – les débuts de notre chemin au sein de la paroisse du Saint-Sacrement.

Merci à ceux qui ont déjà répondu au questionnaire sur le thème « Bâtissez la paroisse dont vous rêvez », et j’encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait à y participer. Au titre de son baptême, chacun est une pierre précieuse et unique dans la construction du corps paroissial, dans la variété des dons, des charismes et des aspirations personnelles et communautaires.

P. Renaud

9 Octobre 2022

Frères et sœurs,

Dans l’Évangile de ce dimanche, il est question de dix lépreux purifiés par Jésus dont un seul revient vers lui pour reconnaître en sa personne l’origine des bienfaits reçus et rendre gloire à Dieu. Étonnante ingratitude qui rejoint parfois la nôtre. Pourtant, quelle belle attitude que celle d’entrer dans la gratitude, de s’y exercer, de la mettre en pratique dans notre quotidien ! À certaines heures, elle est facile ; à d’autres, elle relève d’une forme de discipline ou d’ascèse.

Les recherches en psychologie ont prouvé que la pratique de la gratitude engendrait une multitude de bienfaits, aussi bien sur la personne que sur ses relations à autrui : bienfaits sur le corps, le psychisme, l’esprit, sur la relation à l’autre, et sur la relation à Dieu. Envers Dieu, la gratitude reçoit le nom d’action de grâce, une attitude de reconnaissance envers Dieu, venant du cœur et exprimée en paroles ou en actions. Elle est l’expression de la gratitude de l’homme à l’égard de Dieu qui lui a donné la vie, l’a guéri, l’a sauvé.

Alors, entraînons-nous à la gratitude, et relisons chacune de nos journées dans cette bienfaisante lumière. Du coup, nous serons plus efficacement les relais des bénédictions de Dieu sur nos proches et ceux que nous côtoyons au jour le jour. Notre monde en a tant besoin !

P. Renaud

2 Octobre 2022

Frères et sœurs,

Nous sommes entrés dans le mois d’octobre. Il est traditionnellement dédié à la mission universelle de l’Eglise et il contient donc un appel pour nous à être membres de cette « Eglise en sortie » dont nous parle fréquemment le Pape François, à participer activement à la mission de l’Eglise. « Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ ; nous ne disons plus que nous sommes ‘disciples’ et ‘missionnaires’, mais toujours que nous sommes ‘disciples-missionnaires’. » (Pape François, La Joie de l’Evangile, n°120). N’avons-nous pas sans cesse à renouveler notre ardeur missionnaire ? Dans la seconde lecture de ce dimanche, Paul exhorte Timothée : « Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de pondération. N’aie donc pas honte de rendre témoignage à notre Seigneur. » Voilà une belle invitation pour ce mois qui commence !

Le mois d’octobre est aussi – en lien avec la fête de Notre-Dame du Rosaire, le 7 octobre – celui du Rosaire. Cette prière est un beau moyen de contempler le Christ à la main de la Vierge Marie. Elle est « la première en chemin », celle nous accompagne et nous soutient dans notre parcours de missionnaires, au plus près de nos vies.

P. Renaud

 

25 Septembre 2022

Frères et sœurs,

Ce dimanche est celui de la rentrée paroissiale, avec la bénédiction des personnes engagées dans les divers services de la paroisse du Saint-Sacrement. Je remercie tous ceux qui, de bien des manières, ont à cœur que notre communauté paroissiale soit accueillante, missionnaire, vivante.

Cette vie trouve sa source en Dieu, comme nous le rappelle la 2nde lecture de la messe de ce dimanche, où Paul évoque « Dieu qui donne la vie à tous les êtres. » (1 Tm 6,13) Elle est nous est offerte par la médiation de  Jésus : il est « venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance » (cf. Jn 10,10). A nous de l’accueillir et de la déployer, en sachant nous ressourcer et en la partageant concrètement, là où nous vivons, là où nous sommes appelé à servir : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jn 15,13)

Comme pasteur de cette paroisse, je découvre peu à peu sa réalité, des visages, des histoires… mais j’ai encore tant à connaître et le désir de vous rencontrer. Je vous donne tous rendez-vous dimanche, pour la messe de rentrée, puis lors du repas paroissial partagé qui suivra.

P. Renaud

 

18 Septembre 2022

Frères et sœurs,

En ces jours de la mi-septembre, l’actualité relaie largement le décès de la Reine Elisabeth au Royaume Uni, avec le faste et la dignité qui l’accompagnent, mais aussi la mention fréquente de Dieu : « God save the King » a désormais suppléé le « God save the Queen » des 70 dernières années. Etonnant contraste avec la « laïcité à la française », où l’évocation du nom de Dieu est de plus en plus privatisée, voire proscrite dans la société.

A nous disciples du Christ, il revient de faire entendre le beau nom de Dieu et celui du Christ qui est l’Emmanuel, « Dieu avec nous. » Au titre de notre baptême, nous sommes « disciples-missionnaires », selon l’expression du Pape François, et invités à rejoindre nos frères et sœurs en humanité pour leur annoncer l’Evangile et leur ouvrir les portes de nos cœurs et de notre paroisse.

Pour cela, nous avons besoin de nous ressourcer dans la prière personnelle et communautaire, l’Eucharistie et la vie fraternelle, plus que jamais après les soubresauts de la pandémie de covid qui ont mis à mal les relations entre les personnes et généré de la solitude. A ce titre, je donne rendez-vous à tous pour la messe de dimanche prochain et le déjeuner paroissial qui suivra. Je serai heureux de faire plus ample connaissance avec vous, paroissiens de longue date ou récemment arrivés dans le quartier, pour ce moment de fraternité autour du Christ.

P. Renaud

 

 11 Septembre 2022

Frères et sœurs,

Je viens de rejoindre la paroisse du Saint-Sacrement en début de semaine. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je suis prêtre depuis 25 ans et incardiné dans le diocèse de Lyon. Après avoir été le secrétaire particulier de Mgr Barbarin entre 2008 et 2013, j’ai été curé de la paroisse de Saint-Genis-Laval entre 2013 et 2017. Ensuite, j’ai été en mission ces cinq dernières années dans l’Œuvre des Foyers de Charité et Père du Foyer de Charité de Tressaint-Dinard, en Bretagne, dans un ministère marqué par la vie communautaire et la prédication de retraites spirituelles.

A compter du 1er septembre, Mgr de Germay m’a nommé administrateur de la paroisse du Saint-Sacrement. Il m’a aussi confié une mission complémentaire au sein d’une équipe de formateurs qui, à Paray-le-Monial, accompagne des propédeutes, à savoir des hommes qui prennent une année pour se former et discerner un possible appel à entrer au séminaire en vue de devenir prêtres. De ce fait, je m’absenterai presque chaque semaine pendant 36 heures pour cette mission à Paray.

Au sein de la paroisse, mon souhait est de faire votre connaissance, de vous rencontrer et de cheminer avec vous, ensemble, à la suite et à l’école du Christ, « le Bon Pasteur ». Que l’Évangile de ce dimanche – et en particulier la célèbre parabole du Fils prodigue – nous inspire : elle met en valeur la belle figure du père, et elle invite à vivre résolument la fraternité comme un enjeu de vie.

P. Renaud

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Newsletter